Play it again, Sam

tout le cinéma que j’aime

La Vengeance aux deux visages (One-eyed Jacks) – de Marlon Brando – 1960

Classé dans : 1960-1969,BRANDO Marlon,WESTERNS — 18 octobre, 2018 @ 8:00

La Vengeance aux deux visages

Lorsqu’un grand acteur passe à la mise en scène, le résultat est rarement anodin, surtout lorsque l’expérience s’avère unique. Evidemment, tout le monde a en tête La Nuit du chasseur de Laughton. Et oublie généralement le film de Marlon Brando : un extraordinaire western à la fois brillant, captivant, original… et narcissique.

Le premier plan annonce immédiatement la singularité du film. Brando s’y filme en gros plan, mangeant une banane assis sur un comptoir. Le plan s’élargit, dévoilant le pistolet dans sa main jusqu’alors cachée, puis le hold-up en cours dans une banque, hold-up dont il est le principal protagoniste. Plan merveilleux, d’un acteur-réalisateur sûr de son charisme, de son talent et de sa beauté. Et il peut, le bougre.

Allongé au sommet d’une dune balayée par le vent, le regard assassin ou la sensibilité à fleur de peau, Brando dévore l’écran. Les états d’âme de son personnage donnent son rythme au film, complexe et mouvant comme un homme en plein doute. Plus qu’un film de vengeance, c’est l’histoire d’un homme qui se reconstruit, affronte ses démons pour mieux s’en débarrasser, et paye le prix de ses erreurs.

Brando filme comme il joue : jamais tout à fait comme les autres. Un bad guy s’apprête à lui tirer dans le dos ? Il se retourne dans un mouvement aussi improbable qu’animal, comme un serpent qui entourerait un poteau. Il filme un duel ? Il surgit derrière son ennemi au ras du sol. Une chevauchée ? Devant un inattendu paysage marin.

Visuellement splendide, le film repose aussi sur des personnages particulièrement complexes. Karl Malden, salaud pathétique hanté par ses actes. Katy Jurado, magnifique en femme de plus en plus consciente de la veulerie de son mari. Et Brando lui-même, authentique méchant qui s’humanise peu à peu. C’est d’une justesse totale, échappant constamment aux stéréotypes. Un film unique, dans tous les sens du terme.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Kiefer Sutherland Filmographie |
LE PIANO un film de Lévon ... |
Twilight, The vampire diari... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CABINE OF THE DEAD
| film streaming
| inderalfr