Play it again, Sam

tout le cinéma que j’aime

Archive pour la catégorie 'WEST Simon'

Joker (Wild Card) – de Simon West – 2015

Posté : 21 octobre, 2017 @ 8:00 dans 2010-2019, ACTION US (1980-…), WEST Simon | Pas de commentaires »

Joker

Le « Jason Statham movie » est un (petit) genre en soi : l’acteur, qu’on l’aime ou pas, donne toujours une ambiance particulière à ses films, sorte d’héritier du cinéma hard-boiled des années 40-50, le maniérisme du cinéma d’action contemporain en plus.

De fait, Joker a quelque chose du cinéma classique : une manière de filmer un personnage solitaire et un peu paumé, qui se laisse enfermer dans une spirale de violence. La limite, c’est ce constat vite évident qu’à Jason Statham, rien de grave ne peut vraiment arriver. Tu le mets face à deux balaises… non, quatre… allez, six, et il s’en sort sans une égratignure. Même bien filmé, avec peps et un vrai sens du rythme, ça devient vite lassant.

Mais les scènes de bastons sont rares, et c’est une bonne chose : parfaitement placées pour relancer l’attention quand elle menacerait de se laisser aller. L’essentiel est vraiment dans cette errance essentiellement nocturne d’un type accro de Las Vegas, qui rêve de s’en aller tout en y restant scotché. Le Las Vegas de carte postale en prend un (petit) coup derrière les oreilles, ce qui ne fait pas de mal. Et à propos d’oreilles, les nôtres sont plutôt bien traitées, avec une belle bande son, très Vegas.

Le scénario est signé William Goldman, à qui on doit quelques classiques comme Marathon Man, Butch Casssidy et le Kid ou, dans un registre plus proche, Détective privé. Ceci explique peut-être en partie la petite réussite de Joker, mais en partie seulement : Simon West se montre plutôt à l’aise lorsqu’il s’éloigne de la grosse action qui tache qui a fait sa réputation. Il réussit même à créer une atmosphère séduisante, qui flirte par moments avec le noir classique. Même s’il n’évite pas quelques grosses notes de mauvais goût (lorsque Jason Statham se laisse aller à l’avidité, surtout), son film est plutôt une réussite.

Expendables 2 (id.) – de Simon West – 2012

Posté : 26 février, 2015 @ 5:31 dans 2010-2019, STALLONE Sylvester, WEST Simon | Pas de commentaires »

Expendables 2

Stallone, toujours scénariste, cède cette fois la place derrière la caméra à Simon West, le bourrin à qui on doit des œuvres aussi impérissables que Les Ailes de l’Enfer ou Tomb Raider. Résultat ? Dans la continuité du premier, avec des scènes d’action assez originales, mais qui souffrent d’un vrai problème de montage, trop serré, qui tue tout effet dramatique. Sans compter des excès gores inutiles, qui ne collent pas avec le côté fun du film.

Mais ce n’est pas dans l’action pure que Stallone et ses potes sont les plus à l’aise : là où le film est le plus réussi, et plus encore que le premier volet (et le troisième), c’est dans les scènes de camaraderie, que ce soit dans la carlingue de cet avion aussi abîmé que ses occupants, ou dans ce bar à l’ancienne qui sent bon les années 80.

Cet opus 2 a un côté catalogue (que le numéro 3, malgré son casting hallucinant, évitera habilement), lorsqu’il aligne les gros bras sans que les scénaristes sachent réellement quoi en faire. Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger apparaissent et disparaissent sans réelle raison. Le nouveau venu Jean-Claude Van Damme serre la mâchoire dans un rôle de grand méchant sans aucune complexité. Et Chuck Norris déboule au milieu de tout ce bordel sur des airs westerniens, dégommant tous les méchants sans sourciller, caricature assumée de lui-même. « Who’s next ? Rambo ? » lance d’ailleurs un Willis rigolard.

Finalement, et à condition d’accepter le côté très approximatif de cette entreprise, tout ça est franchement plaisant. Parce qu’on sent chez le maître d’œuvre Stallone une sincérité totale. Il croit en ce cinéma à l’ancienne, il aime cette troupe qu’il a créée autour de lui. Nous aussi on y croit, et on adhère.

• Voir aussi : Expendables réalisé par Stallone lui-même, et Expendables 3 et son casting ultime de vieilles gloires.

 

Kiefer Sutherland Filmographie |
LE PIANO un film de Lévon ... |
Twilight, The vampire diari... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CABINE OF THE DEAD
| film streaming
| inderalfr