Play it again, Sam

tout le cinéma que j’aime

Archive pour la catégorie 'WAGGNER George'

Le Bagarreur du Kentucky (The Fighting Kentuckian) – de George Waggner – 1949

Posté : 13 octobre, 2019 @ 8:00 dans 1940-1949, LAUREL et HARDY, WAGGNER George, WAYNE John, WESTERNS | Pas de commentaires »

Le Bagarreur du Kentucky

Voilà un duo qui m’avait totalement échappé jusqu’à présent. Quoi, John Wayne a tourné un western avec Oliver Hardy ? Oui, celui-là même du tandem le plus drôle de l’histoire du cinéma. Et mieux : ces deux-là forment pour l’occasion un vrai duo, qui joue à fond sur l’opposition de leurs styles et de leurs personnalités. Deux questions très profondes se posent à moi. La première : mais comment une telle association, même très éphémère, a-t-elle pu m’échapper ? La seconde : mais pourquoi ?

Rien d’évident, quand même, à associer deux des silhouettes les plus mémorables du 7e art. Certes, aucun des deux n’est au sommet de sa carrière, mais quand même… John Wayne n’est pas encore tout à fait un mythe, et Oliver Hardy est en fin de carrière : il n’a plus rien tourné depuis quatre ans, et ne reformera son inoubliable duo avec Stan Laurel qu’une ultime fois, en 1951 (pour Atoll K, qu’ils viendront tourner en France). Mais drôle d’idée, vraiment.

Pour associer ces deux-là, il fallait une vraie direction, un vrai projet, plus abouti que simplement celui de placer ces deux personnages si forts côte à côte et de voir ce qui se passe. Et c’est bien l’impression qui se dégage le plus souvent, hélas. On l’aime bien, Hardy, et il y a une sorte d’excitation à l’idée de voir ce que cette association peut donner. Mais George Waggner ne sait visiblement pas quoi faire de la star comique, se contentant de le laisser faire son truc dans son coin, comme s’il s’attendait à voir débouler Laurel.

Ancien acteur (il a joué Buffalo Bill dans Le Cheval de fer, le monument de John Ford), ancien scénariste (il a écrit Les Ecumeurs de la mer et Chasseurs d’images pour John Wayne), George Waggner est un réalisateur discutable. Il y a de bonnes choses dans son film : de belles images pour commencer, ce qui n’est quand même pas rien. Waggner connaît son métier, et réussit quelques scènes mémorables (la mort de Beau notamment, le personnage interprété par Paul Fix, second rôle qu’on a toujours plaisir à retrouver).

On peut aussi souligner la voix off originale et quelques détails charmants qui donnent à ce western un ton relativement léger inattendu. Et un contexte original, avec la présence de soldats napoléoniens qui ont trouvé refuge en Amérique après Waterloo et la disgrâce de l’empereur. Mais il y a aussi pas mal de problèmes : un ton mal maîtrisé, un scénario très confus et franchement improbable, construit autour de la marche d’anciens soldats retournant vers leur Kentucky…

Un détail, aussi, qui gâche constamment le plaisir que l’on pourrait prendre : le son, d’une « propreté » déstabilisante. Un homme alpague la foule au milieu du brouhaha, et on a l’impression qu’il utilise un porte-voix. Les hommes du Kentucky marchent en chantant des chansons d’amitié virile, et la musique semble extérieure à la scène. Gênant.

Gênante aussi : la présence de Vera Ralston, actrice agaçante et à peu près mille fois moins charismatiques que le moindre second rôle (dont Marie Windsor qui, même mal servie, dévore l’écran). Un problème récurrent pour cette protégée (et épouse) de Herbert J. Yates, le patron de la Republic Pictures, que l’on avait déjà vue au côté de John Wayne dans La Femme du pionnier. Wayne qui, lui, est impeccable. Comme toujours.

La Vallée maudite (Gunfighters) – de George Waggner – 1947

Posté : 13 juillet, 2016 @ 8:00 dans 1940-1949, WAGGNER George, WESTERNS | Pas de commentaires »

La Vallée maudite

Après avoir blessé l’un de ses amis qui voulait se mesurer à lui, un as de la gâchette décide de raccrocher le ceinturon pour mener une vie paisible dans un ranch. Mais la violence le rattrape bientôt… Voilà un sujet qui n’est pas neuf : les grands tireurs rattrapés par leur réputation ont été au cœur de quelques bons westerns comme Vengeance à l’aube ou La Cible humaine.

Celui-ci n’est pas tout à fait du même niveau, même si Waggner se montre particulièrement à l’aise lorsqu’il s’agit de filmer les séquences d’action. Il y a dans Gunfighters une formidable chevauchée au rythme trépidant et aux images magnifiques, qui se conclue par un étonnant saut de Randolph Scott (oui, de sa doublure) dans un ravin. Autre moment étonnant : une bagarre à pied nu entre Scott (sa doublure, toujours) et son adversaire qui s’étripent au sol entre les sabots de chevaux.

Au rayon des curiosités, il y a aussi le générique de début, qui nous plonge d’emblée dans l’action, avec des images muettes mais expressives qui permettent de planter le décor et le personnage principal. Et puis il y a Randolph Scott (pas la doublure, l’acteur), qui apporte une belle intensité et, oui, une vraie élégance à ce personnage qui cherche à fuir une violence qui ne cesse de le rattraper.

Mais il y a aussi, hélas, ces dialogues impossibles (« Une barrière infranchissable s’est dressée entre nous ! ») qui semblent tout droit sortis d’un mauvais soap opera, et ce scénario (d’après un roman de Zane Grey) qui prend bien soin d’éviter toute psychologie trop complexe. Trop souvent, le film se contente d’enchaîner les scènes en oubliant toute idée de mouvement ou même de logique.

Si bien que l’histoire, pourtant pleine de promesses avec ces deux sœurs si semblables et si différentes à la fois (Barbara Britton et Dorothy Hart), finit par désintéresser. Et qu’on se contente alors d’attendre la prochaine scène d’action. Là, le plaisir est intense.

* DVD dans la collection « Westerns de Légende » chez Sidonis/Calysta. En bonus : une présentation par Patrick Brion qui se contente essentiellement de mettre le film dans le contexte de l’époque.

 

Kiefer Sutherland Filmographie |
LE PIANO un film de Lévon ... |
Twilight, The vampire diari... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CABINE OF THE DEAD
| film streaming
| inderalfr