Play it again, Sam

tout le cinéma que j’aime

Archive pour la catégorie 'SAUTET Claude'

Quelques jours avec moi – de Claude Sautet – 1988

Posté : 28 août, 2015 @ 4:42 dans 1980-1989, SAUTET Claude | Pas de commentaires »

Quelques jours avec moi

Avant Un Cœur en hiver, Daniel Auteuil trouvait déjà chez Sautet un personnage d’handicapé du sentiment. Avec une différence de taille, toutefois : cette maladie-là repose sur le manque, la frustration, l’étouffement de son environnement. La maladie qui l’a envoyé en hôpital psy lorsque le film commence viendrait même de l’inhumanité de son milieu : héritier de la riche propriétaire d’une chaîne de supermarchés, il ne connaît que les calculs et les mesquineries de son entourage…

Un autiste incapable de sentiment? C’est tout le contraire. Et la petite bourgeoisie de province dans laquelle il va se retrouver dans le cadre d’une tournée d’inspection de magasins va s’en rendre compte… Et ne pas en sortir indemne.

Quelques jours avec moi est une œuvre à part dans la filmo de Sautet, qui laisse libre cours à un sens inattendu de la fantaisie. La première moitié, surtout, est totalement réjouissante : cette confrontation entre le petit héritier coincé-du-cul (c’est comme ça qu’il est perçu avec une certaine condescendance) le patron du supermarché, joué avec délectation par un Jean-Pierre Marielle au sommet de sa démesure, avec la « bonne » Sandrine Bonnaire en catalyseur de ce mélange explosif.

Cette fantaisie trouve son paroxysme lors d’une soirée absurde qui confronte cette bourgeoisie provinciale à ses pires travers et à ce qu’elle a plus grotesque. De quoi faire passer le cinéma de Chabrol pour une aimable évocation des moeurs bourgeoises de leur époque…

La deuxième moitié est un peu foutraque et moins convaincante. Mais il y a le regard ironique de Daniel Auteuil, la ronde hypocrisie de Jean-Pierre Marielle, et la liberté tout sauf dupe de Sandrine Bonnaire, qui font partie de leurs meilleures prestations, et qui font de ce film un voyage original, doux amer, et au final très cruel et mémorable.

Un coeur en hiver – de Claude Sautet – 1992

Posté : 21 août, 2015 @ 4:35 dans 1990-1999, SAUTET Claude | Pas de commentaires »

Un cœur en hiver

C’est l’un des plus beaux films de Sautet. L’un des plus opaques, aussi, parce qu’entièrement basé sur un personnage fermé aux autres et à la vie. Daniel Auteuil, dans l’un des rôles de sa vie, fascinant en homme qui s’évertue systématiquement à rester « en dehors ».

Promis à une grande carrière de violoniste, il préfère rester dans l’ombre des musiciens dont il répare les instruments. Génial dans son métier, il s’efface derrière son patron (André Dussolier) qui le protège dans la lumière. Un éternel spectateur incapable d’entrer pleinement dans la vie, et qui en est pleinement conscient… et content.

Cet homme à la fois tragique et séduisant, touchant et détestable, ne ressent rien, ou si peu. Son patron-associé le considère comme son meilleur ami? Lui le laisse penser, mais ne voit dans leur relation qu’une association utile et efficace. Et quand la belle et grande violoniste Emmanuelle Béart tombe amoureuse de lui, on se dit qu’il va vibrer. Quand même, elle est sublime et sensuelle, et pleine de vie…

Du portrait d’un homme froid jusqu’à la cruauté, et austère jusqu’à l’excès, Sautet tire un film chaud, vibrant, et plein de vie. La prestation d’Emmanuelle Béart n’y est pas étrangère, contrepoint parfait de cet homme qui prend tout, mais refuse tout en même temps. Entre ces deux-là, pourtant aux antipodes, il y a une sorte d’évidence : celle de tous les très grands couples de cinéma.

Classe tous risques – de Claude Sautet – 1960

Posté : 21 mai, 2015 @ 3:47 dans * Polars/noirs France, 1960-1969, SAUTET Claude | Pas de commentaires »

Classe tous risques

C’est le presque premier film de Sautet, et l’un des plus grands polars français de la décennie. Un film qui aurait bien pu ne jamais exister, en tout cas comme ça : après l’échec de L’Arme à gauche, le « vrai » premier film de Sautet, le réalisateur échaudé par l’expérience n’a accepté de reprendre du service que devant l’insistance de Lino Ventura, la star des deux films.

La présence du jeune Belmondo, dans son premier grand rôle après le phénomène A Bout de souffle, rattacherait naturellement Classe tous risques à la Nouvelle Vague, qui révolutionnait alors le cinéma français. Mais Sautet s’inscrit bien d’avantage dans l’héritage de Jean-Pierre Meville, celui du Deuxième Souffle, auquel on pense forcément.

Moins pour la présence de Lino Ventura que pour la perfection imparable et implacable de la construction : lente mais inexorable chute d’un gangster à l’ancienne encore habité par les valeurs « romantiques » d’autrefois : honneur, amitiés viriles, sens du devoir…

Mais Sautet est déjà là. Pas seulement pour sa maîtrise impressionnante de la mise en scène et de l’action. Mais aussi parce que le personnage de Ventura est, déjà, un quadragénaire las qui cherche une échappatoire… Un personnage très proche sur le papier du Gu du film de Melville, avec le même destin tragique que l’on pressent dès les premières images. Mais le ton est différent : plus tendre, plus humain peut-être, et d’autant plus bouleversant.

Les Choses de la Vie – de Claude Sautet – 1970

Posté : 21 novembre, 2014 @ 3:58 dans 1970-1979, SAUTET Claude | Pas de commentaires »

Les Choses de la Vie

Après une série de polars très influencés par le cinéma américain et très remarqués dans les années 60, Claude Sautet change de style et trouve son propre univers, qui sera celui de tous ses plus grands sucès : une peinture de la petite bourgeoisie avec ses petits drames, ses passions, ses blessures.

Les Choses de la Vie, c’est surtout une construction admirable, autour d’un banal et tragique accident de la route. Sur la route qui le conduit à Rennes, à mi-chemin de ses deux vies, le quadra Michel Piccoli pense aux grands moments de sa vie : son présent avec Romy Schneider, son passé avec Léa Massari et leur fils devenu grand. Incapable de tirer définitivement un trait sur les belles heures d’hier, incapable de se lancer pleinement dans la passion que lui promet Romy… Piccoli est alors dans un entre-deux dont il n’a pas même la volonté de sortir.

Il n’en sortira pas d’ailleurs, on le sait très vite. Car les images de l’accident sont martelées tout au long du film. Un gros plan sur son visage en sang, une roue qui rebondit absurdement sur la chaussée, un volant maculé de terre… Des images comme des réminiscences, ou comme le signal de la tragédie annoncée.

Sautet ne ménage pas Piccoli, le montrant comme un homme continuellement indécis, incapable de s’engager. Un homme capable de la plus grande froideur, plantant la pauvre Romy totalement éplorée sans même un regard. Ce n’est pas tant qu’il hésite entre ses deux femmes, si belles l’une et l’autre. C’est surtout qu’il voudrait tout : l’aventure et la passion avec Romy, le confort et les habitudes avec Léa. L’accident, finalement, sonne pour lui comme la chance de ne pas avoir à choisir.

Mais pour son entourage, pour ses femmes, son fils, son ami (Jean Bouise), il sonne comme un coup de massue, alors que tous espéraient tant de lui. Trop. C’est à eux que va toute la sympathie de Sautet dans ce faux mélodrame dérangeant, et au final bouleversant.

 

Kiefer Sutherland Filmographie |
LE PIANO un film de Lévon ... |
Twilight, The vampire diari... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CABINE OF THE DEAD
| film streaming
| inderalfr