Play it again, Sam

tout le cinéma que j’aime

Archive pour la catégorie 'KILLY Edward'

Murder on a Bridle Path (id.) – de Edward Killy et William Hamilton – 1936

Posté : 7 octobre, 2017 @ 8:00 dans 1930-1939, HAMILTON William, KILLY Edward, POLARS/NOIRS | Pas de commentaires »

Murder on a bridle path

Edna May Oliver ayant quitté la RKO, c’est Helen Broderick qui reprend le tailleur strict de l’instit/détective Hildegarde Withers, toujours flanquée du flic Oscar Piper/James Gleason. Moins dans la dérision, moins dans l’excès, l’actrice interprète cette pseudo Sherlock Holmes beaucoup plus au premier degré. Pas sûr qu’on y gagne vraiment.

Le film perd de fait en humour décalé, même si on a droit à quelques répliques savoureuses (« So the murderer was in jail at the time of the murder ! »). Et le personnage rentre un peu dans le rang. Pour le reste, ce quatrième film de la série respecte scrupuleusement le cahier des charges, avec son lot de fausses pistes et de rebondissements inattendus.

Des deux réalisateurs, difficile de savoir qui a tourné quelles scènes. Le fait est que tout n’est pas du même niveau, avec quelques séquences sans grand relief, et d’autres plus mémorables, comme la scène d’ouverture, qui joue d’emblée avec les faux semblants avec ce personnage dont on croit qu’il va sortir une arme, mais ne brandit qu’un billet. Ou le gros plan très inquiétant sur le visage du tueur, visage fou dont la fureur est soulignée par un jeu d’ombres qui rappelle les classiques du film d’horreur. Pas mal, pour une telle série B.

* Voir aussi : Murder on a blackboard et Murder on a honeymoon.

Nevada (id.) – d’Edward Killy – 1944

Posté : 28 avril, 2017 @ 8:00 dans 1940-1949, KILLY Edward, MITCHUM Robert, WESTERNS | Pas de commentaires »

Nevada

On n’est clairement pas dans les sommets du western avec cette production RKO fauchée, et très loin des fulgurances esthétiques auxquelles le petit studio est souvent associé. En 60 minutes à peine, Edward Killy boucle sans génie mais avec un sens du rythme affirmé une histoire pleine de rebondissements signée Zane Grey, véritable marque des débuts du western.

Cette histoire-là a d’ailleurs déjà eu deux adaptations sur grand écran auparavant, l’une en 1927 et l’autre en 1935. L’intrigue est, il est vrai, plutôt habile : un aventurier est accusé de meurtre après qu’on a retrouvé sur lui une importante somme d’argent (qu’il a gagnée au jeu), correspondant à celle dérobée sur le corps de sa victime présumée. Il découvre un complot monté pour récupérer des terres riches en argent à des propriétaires infortunés.

Edward Killy affiche une désinvolture désarmante. La première scène donne le ton, avec ce cow-boy qui gratte sa guitare sur son cheval, en gardant un troupeau de vache, guitare qui disparaît comme par enchantement d’un plan à l’autre… C’est aussi le genre de film où un chapeau peut voler à la verticale à la suite d’un coup de feu, et où les fusillades, même à quelques mètres de distance, ne touchent personne.

Seule vraie bonne raison de voir le film : « Bob » Mitchum (c’est ainsi qu’il apparaît au générique), dans son premier grand rôle, qui remplace l’habituel acteur fétiche de Killy, Tim Holt, parti sous les drapeaux. Ce n’est pas encore le Mitchum de Out of the Past, certes. Mais à sa décharge, il n’a pas grand-chose à jouer avec ce personnage sans consistance. Et il tient plutôt bien sa place, celle d’un héros droit, courageux et sans ombre.

* DVD dans la collection Westerns de Légende de Sidonis/Calysta, avec une présentation très bienveillante par Patrick Brion, et un documentaire sur Robert Mitchum déjà présent dans d’autres titres de la collection.

A l’Ouest du Pecos (West of the Pecos) – de Edward Killy – 1945

Posté : 26 avril, 2015 @ 6:15 dans 1940-1949, KILLY Edward, MITCHUM Robert, WESTERNS | Pas de commentaires »

A l'Ouest du Pecos

Robert Mitchum n’est pas encore tout à fait une star lorsqu’il tourne ce petit western : il le deviendra quelques mois plus tard avec le triomphe des Forçats de la gloire de Wellman. Mais, même dans un film aussi mineur que celui-ci, le mythe Mitchum est déjà en marche : sa présence massive et fragile à la fois, son dégagement apparent et son intensité incroyable sont bel et bien là…

Cela dit, West of the Pecos n’est pas une date importante dans sa riche filmographie. Dans cette production sans grande ambition, les personnages sont tous parfaitement monolythiques. Les méchants sont très méchants, les braves gens sont très braves, Mitchum est très héroïque, et Barbara Hale est charmante.

On est dans l’éternel affrontement des petits contre les grands, mais l’histoire semble à peine intéresser le réalisateur, entièrement tourné vers le ressort comique du film : Barbara Hale se faisant passer pour un garçon aux yeux de tous, y compris d’un Mitchum dont, forcément, elle est tombée raide dingue…

Evidemment, cela donne quelques scènes gentiment amusantes. Mais Edward Killy ne fait jamais le choix franc de la comédie, hésitant constamment entre légèreté et gravité. Ce n’est pas mémorable, mais cela reste franchement sympathique…

* DVD chez Sidonis/Calysta dans la collection « Westerns de Légende », avec une présentation de Patrick Brion.

 

Kiefer Sutherland Filmographie |
LE PIANO un film de Lévon ... |
Twilight, The vampire diari... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CABINE OF THE DEAD
| film streaming
| inderalfr