Play it again, Sam

tout le cinéma que j’aime

Archive pour la catégorie 'HITCHCOCK Alfred'

Watchtower over tomorrow (id.) – de John Cromwell, Harold F. Kress (et Alfred Hitchcock) – 1945

Posté : 25 mars, 2018 @ 8:00 dans 1940-1949, COURTS MÉTRAGES, CROMWELL John, DOCUMENTAIRE, HITCHCOCK Alfred, KRESS Harold F. | Pas de commentaires »

Watchtower over tomorrow

Ce court documentaire (une quinzaine de minutes) est produit au lendemain de la seconde guerre mondiale dans le but d’expliquer au public l’intérêt des Nations Unies, alors sur le point d’être créés, pour éviter une troisième guerre mondiale.

« Why can’t we organize a world where the people could work and live in peace ? » interroge la voix off de John Nesbitt, tandis que les images d’Américains vivant tranquillement s’enchaînent.

Forcément très didactique, le film mélange habilement images documentaires et stock shots, avec la vision d’une mappemonde qui revient régulièrement pour rappeler l’enjeu planétaire du projet, et quelques séquences tournées pour l’occasion. Un procédé efficace qui donne de la vie au film, entre deux séquences purement explicatives.

On y voit notamment Lionel Stander, en ouvrier indélicat qui lit le journal par-dessus l’épaule de l’employé de bureau Grant Mitchell, dans le bus qui les ramènent tous deux à leurs domiciles. Les deux hommes se lancent alors dans une discussion autour de ce projet de Nations Unies, avant que le narrateur, toujours en voix off, ne les interpelle.

Signé John Cromwell et Harold F. Kress, co-écrit par Ben Hecht, le film a bénéficié de l’apport d’Hitchcock. De quelle manière ? Il semble que sa participation ait surtout concerné l’écriture du film, plus que la mise en scène elle-même, même si les sources ne sont pas très claires à ce sujet.

Alfred Hitchcock présente : Poison (Alfred Hitchcock presents : Poison) – d’Alfred Hitchcock – 1958

Posté : 17 mars, 2018 @ 8:00 dans 1950-1959, COURTS MÉTRAGES, HITCHCOCK Alfred, TÉLÉVISION | Pas de commentaires »

Alfred Hitchcock présente Poison

Hitchcock inaugure lui-même la quatrième saison de sa série avec un épisode particulièrement éprouvant. Pas ou peu d’humour ici, mais un suspense assez étouffant basé sur une idée particulièrement simple : en Malaisie, un homme est coincé dans son lit après qu’un serpent aspic s’est lové sur son ventre, sous les draps…

Hitchcock étire le suspense avec une efficacité rare, jouant sur le contraste entre l’homme alité et immobile (James Donald, qu’Hitchcock dirigera de nouveau dans son épisode suivant, The Crystal Trench) et son ami exubérant et curieusement détaché (Wendel Corey, le pote de James Stewart dans Fenêtre sur cour).

Invisible jusqu’à la dernière scène, le serpent est pourtant omniprésent, et occupe constamment les pensées, créant un malaise qui ne cesse de croître, jusqu’à une conclusion traumatisante qu’Hitchcock, sadique, annonce bien en avance. Et plus il retarde le moment fatidique, plus la tension monte, et plus le choc est rude.

Alfred Hitchcock présente : Le Plongeon (Alfred Hitchcock presents : Dip in the pool) – d’Alfred Hitchcock – 1958

Posté : 16 mars, 2018 @ 8:00 dans 1950-1959, COURTS MÉTRAGES, HITCHCOCK Alfred, TÉLÉVISION | Pas de commentaires »

Alfred Hitchcock présente Le plongeon

Efficace mais anodin, ce 35e épisode de la saison 3, réalisé par le maître en personne. La logique de la série repose le plus souvent sur un switch final qui assomme ou surprend le spectateur. Cette fois-ci, ce switch semble être l’unique point d’intérêt d’Hitchcock, qui précède ce dénouement d’une histoire de pari perdu inutilement complexe, qui peine à vraiment intéresser.

Cette complexité inhabituelle chez le cinéaste, d’habitude toujours attentif à l’efficacité de son récit, étouffe un thème qui aurait pu être passionnant : celui du nouveau riche qui cherche maladroitement sa place dans la haute société, dans ce bateau qui traverse l’Atlantique. Surtout que le personnage, interprété par Keenan Wynn, est plutôt réussi.

La conclusion du film, cela dit, est assez réjouissante. Et si on la voit venir de loin, cela ne fait que renforcer le plaisir forcément un rien sadique qu’on y prend. Détail amusant : dans cette histoire où tout repose sur un cri de femme qui ne viendra pas, Hitchcock dirige brièvement celle qui fut la première scream queen du cinéma : Fay Wray, dans un rôle secondaire.

La Maison du Docteur Edwardes (Spellbound) – d’Alfred Hitchcock – 1946

Posté : 8 mars, 2018 @ 8:00 dans * Films noirs (1935-1959), 1940-1949, HITCHCOCK Alfred | Pas de commentaires »

La Maison du Docteur Edwardes

On rapproche souvent Spellbound et Paradine Case, parce que les deux films sont tournés par Hitchcock à la même période, pour Selznick, et avec Gregory Peck dans le rôle principal, et parce qu’il y a une sorte de parenté visuelle. Pourtant, c’est avec un autre classique, à venir celui-là, que le film présente une vraie familiarité : Vertigo, qui abordera lui aussi le thème de la double-personnalité et de la psychanalyse, d’une manière moins frontale mais peut-être plus profonde qu’ici.

Douze ans avant son chef d’œuvre, Hitchcok affiche déjà cette volonté de plonger littéralement dans la psyché de ses personnages, et d’associer le thriller au dédoublement de la personnalité. Ou comment évoquer la psychanalyse comme outil de suspense.

Le thriller, pour le coup, sonne cette fois comme un passage obligé dont Hitchcock se départit la plupart du temps, pour n’y revenir que lors d’un rebondissement aussi improbable que tardif. La question centrale est nettement moins l’identité d’un possible tueur, que la vraie personnalité de Gregory Peck.

Est-il ou non le Docteur Edwardes ? A-t-il été capable de tuer ? En faisant du personnage de Peck un amnésique, convaincu de sa propre culpabilité, Hitchcock renouvelle son éternel thème du faux coupable. Et c’est dans son propre cerveau que se déroule l’enquête, en particulier lors d’une séquence de rêve particulièrement audacieuse, séquence fameuse réalisée avec Dali.

C’est aussi une très belle histoire d’amour, entre un Gregory Peck étrangement passif, poussé et sauvé par une femme qui pensait avoir renoncé à sa féminité, et qui la retrouve dans une scène très émouvante. Un an avant Les Enchaînés (et quatre ans avant Les Amants du Capricorne), Ingrid Bergman, pour la première fois devant la caméra d’Hitchcock, est déjà magnifique.

Alfred Hitchcock présente : L’inspecteur se met à table (Alfred Hitchcock presents : Lamb to the slaughter) – d’Alfred Hitchcock – 1958

Posté : 7 mars, 2018 @ 8:00 dans 1950-1959, COURTS MÉTRAGES, HITCHCOCK Alfred, TÉLÉVISION | Pas de commentaires »

Alfred Hitchcock présente L'Inspecteur se met à table

Et si les policiers mangeaient sans le savoir l’arme du crime sur lequel ils enquêtent ? Cette idée assez formidable est au cœur de ce film écrit par Roald Dahl, et mis en scène avec ironie par un Hitchcock très en forme. Cet épisode, le 28e de la saison 3, est d’ailleurs l’un des plus célèbres de la série anthologique.

Tout repose pourtant entièrement sur le twist final. Le crime lui-même, la manière dont il est maquillé, tout cela n’a pas grand-chose d’original. Mais Hitchcock réussit à faire d’un gigot qui cuit dans un four l’élément central de son film. L’action, d’ailleurs, dure très exactement le temps qu’il faut à ce gigot pour aller du congélateur à l’estomac des policiers…

La même année que Vertigo, Hitchcock retrouve pour l’occasion Barbara Bel Geddes, dans un rôle central cette fois, celui de la femme bafouée et finalement meurtrière. Elle est excellente dans ce personnage de fausse ingénue qui observe les enquêteurs avec un regard moins inquiet qu’amusé, et qui finit par éclater de rire dans un plan face caméra qui évoque curieusement le dernier plan d’un film à venir, pourtant radicalement différent : Psychose.

Soupçons : Pris au piège (Suspicion : Four o’clock) – d’Alfred Hitchcock – 1957

Posté : 6 mars, 2018 @ 8:00 dans 1950-1959, COURTS MÉTRAGES, HITCHCOCK Alfred, TÉLÉVISION | Pas de commentaires »

Suspicion Four o'clock

Au milieu des années 50, entre deux films majeurs, Hitchcock trouve le temps de se passionner pour la télévision, alors en plein essor. Non content d’être le créateur, producteur, hôte et réalisateur occasionnel de la série Alfred Hitchcock presents, le cinéaste trouve le temps de créer une nouvelle série anthologique, constituée de films deux fois plus longs (45 minutes). Four o’clock, qu’il réalise lui-même, est l’épisode qui inaugure cette série.

Hitchcock, cette fois, n’apparaît pas comme il le fait dans Alfred Hitchcock présente, où il introduit le court-métrage par une intervention ouvertement décalée sans rapport avec l’histoire qui suit. Son absence à l’écran n’est pas anodine : même si l’esprit reste globalement le même, le second degré et l’humour qui se retrouvent régulièrement dans sa première série laissent place ici à une noirceur totale.

Porté par E.G. Marshall, seul à l’écran la plupart du temps, et filmé le plus souvent en gros plan, le film repose sur un suspense machiavélique : un homme qui s’apprête à tuer sa femme qu’il croit infidèle est attaché et bâillonné par des cambrioleurs dans sa cave, à côté de la bombe qui doit exploser à 16h précises… Le génie d’Hitchcock éclate lorsque l’heure fatidique approche : le montage frénétique, les plans de plus en plus rapprochés, les axes décalés… soulignent la terreur grandissante de Marshall.

Le film regorge de belles idées narratives : l’emplacement de voiture resté sec, les montres et horloges omniprésentes… Ces dernières occupent constamment une place de choix dans le cadre pour rappeler que le temps qui passe, pour le coup, est mortel (le personnage principal, d’ailleurs, est horloger).

Notons au passage l’apparition, dans le rôle d’un cambrioleur, de Harry Dean Stanton, alors à ses débuts : cette année-là, il fait aussi ses premiers pas au cinéma.

The Fighting Generation (id.) – d’Alfred Hitchcock – 1944

Posté : 5 mars, 2018 @ 8:00 dans 1940-1949, COURTS MÉTRAGES, HITCHCOCK Alfred | Pas de commentaires »

The Fighting Generation

Jennifer Jones peut se vanter d’avoir tourné avec Hitchcock, même s’il ne s’agit, pour la toute jeune actrice qui venait d’être révélée par Le Chant de Bernadette, que d’un court-métrage destiné à promouvoir les « bons de guerre », afin de supporter financièrement l’engagement militaire de l’Amérique sur le front du Pacifique.

La belle apparaît dans le rôle d’une infirmière qui soigne un blessé pas comme les autres : celui-ci est un ami d’enfance, qui appartient à la même génération qu’elle, celles des combattants (d’où le titre, oui). Un passé commun qui lui donne le sentiment de connaître intimement tous les soldats de cette guerre.

Hitchcock n’est pas crédité au générique, mais c’est bien lui qui dirige l’actrice dans ce petit film long de deux minutes seulement, et qui se limite à deux plans simples et fonctionnels, cadrant Jennifer Jones en plan rapproché face caméra. Ses autres contributions à l’effort de guerre sont nettement plus intéressantes, mais The Fighting Generation est une curiosité incontournable dans une découverte intégrale du cinéma d’Hitchcock…

Junon et le paon (Juno and the Paycock) – d’Alfred Hitchcock – 1929

Posté : 4 mars, 2018 @ 8:00 dans 1920-1929, HITCHCOCK Alfred | Pas de commentaires »

Junon et le paon

Après Chantage qui marquait joliment le passage du cinéma anglais du muet au parlant, Hitchcock signe son premier film 100 % parlant. L’adaptation d’une pièce de théâtre bien sûr, comme c’était souvent le cas pour les premiers « talkies » : l’histoire en l’occurrence d’une famille qui se débat avec la misère dans un Dublin meurtri par la guerre civile. Rien de bien surprenant, donc, surtout que Hitch lui-même adaptera régulièrement des pièces au cinéma, tout au long de sa carrière.

Sauf que cette fois-ci, il se laisse enfermer dans le piège du théâtre filmé. Après un superbe début, scène de rue où l’excellent Barry Fitzgerald (qu’on ne reverra plus dans aucune autre scène du film, hélas) harangue la foule avec cet incroyable accent irlandais qui fera encore des merveilles des années plus tard dans L’Homme tranquille de Ford, puis une belle scène enlevée et pleine d’humour dans un bar, où l’on découvre quelques-uns des personnages de l’histoire, la caméra s’enferme dans un appartement dont elle ne ressortira plus que brièvement.

Et là, le rythme retombe comme un soufflé. Dans les premières scènes, on retrouvait l’ambition d’Hitchcock, cette caméra mobile constamment à la recherche du détail qui fait la différence, du cadrage dynamique. Brusquement, comme si Hitchcock était occupé à autre chose, la mise en scène se limite durant toute la partie suivante à de longs plans fixes et frontaux que, même dans ses tout premiers films, Hitchcock n’a à peu près jamais utilisés.

Heureusement, Hitchcock se réveille par moments. Sorti de sa torpeur, il rassure et rappelle qui il est, le temps de quelques travellings amorcés par des dialogues évocateurs, qui se dirigent vers le visage torturé en gros plan de Johnny, le fils manchot torturé. En fait, ce sont les coups du sort qui s’abattent sur cette famille qui inspirent le plus Hitchcock, dont la signature est flagrante lorsque l’héritage qu’attend la famille Boyle disparaît soudainement.

Plutôt qu’un simple dialogue explicatif, Hitch se rappelle qu’il fait du cinéma, et pas du théâtre filmé. Il évite de montrer la confrontation pour aborder le sujet par des chemins de traverse, avec le père descendant un escalier comme s’il était ramené aux dures réalités de sa vie, suivi d’un très gros plans sur deux hommes chuchotant entre eux. Le genre de trouvailles qu’Hitchcock développera souvent dans ses grands films à venir, notamment pour les séquences de tribunal.

Hélas, tout n’est pas de ce niveau, loin s’en faut. Le ton de comédie voulu par la pièce originale correspond mal aux aspirations du cinéaste, qui filme platement tous les moments de légèreté. Cette adaptation aurait pu faire de Junon et la paon le Mouchard d’Hitchcock. Raté : le film manque de rythme et ne séduit que par bribes.

Alfred Hitchcock présente : De retour à Noël (Alfred Hitchcocks presents : Back for Christmas) – d’Alfred Hitchcock – 1956

Posté : 21 février, 2018 @ 8:00 dans 1950-1959, COURTS MÉTRAGES, HITCHCOCK Alfred, TÉLÉVISION | Pas de commentaires »

Alfred Hitchcock présente Back for Christmas

C’est une histoire très classique que signe cette fois Hitchcock, avec l’un de ces twists finaux qui ont fait la réputation du show. La patte de Sir Alfred se retrouve plutôt du côté du flegme so british du personnage principal, joué par l’excellent John Williams, acteur hitchcockien vu dans La Main au collet et Le Crime était presque parfait. Son élégance, sa retenue et sa distinction font des merveilles dans ce rôle de mari qui prépare mine de rien le meurtre de sa femme.

Cet épisode (le 23e de la saison 1) repose avant tout sur sa prestation, et sur l’humour à froid qui entoure son personnage, qui est d’ailleurs de tous les plans. Et c’est toute la particularité de ce court métrage. On connaît les ficelles du show, et on se doute bien qu’un petit grain de sable (qu’une réflexion de la future victime annonce avec évidence) viendra contrarier le truc. Mais le plaisir de l’épisode tient à cette volonté d’Hitchcock de ne filmer à peu près que le visage de Williams, ses réactions, ou plutôt son absence manifeste de réaction.

Il fallait un comédien formidable pour que l’approche d’Hitchcock soit valable. Avec John Williams, elle tient toutes ses promesses.

Alfred Hitchcock présente : Accident (Alfred Hitchcocks presents : Breakdown) – d’Alfred Hitchcock – 1955

Posté : 20 février, 2018 @ 8:00 dans 1950-1959, COURTS MÉTRAGES, HITCHCOCK Alfred, TÉLÉVISION | Pas de commentaires »

Alfred Hitchcock présente Breakdown

La télévision a été plus qu’une simple récréation pour Hitchcock, dans les années 50. La preuve avec cet épisode méconnu (le 7e de la 1e saison) réalisé par ses propres soins, et qui est pour lui une nouvelle occasion d’expérimenter. D’abord par les fausses pistes : avec cette histoire d’un homme d’affaires inhumain qui met à la porte un comptable dans sa boîte depuis des décennies, on se dit qu’on se dirige tout droit vers une histoire de vengeance assez banales. Que nenni !

Car après quelques minutes, l’homme d’affaires en question a un accident. Et qu’à partir de là, le film est essentiellement composé d’un montage de gros plans fixes sur le visage de l’homme, totalement paralysé et incapable de bouger le moindre muscle. C’est Joseph Cotten, qui renoue avec l’univers hitchcockien six ans après Les Amants du Capricorne, et qui semble avoir pris vingt ans dans l’intervalle. Impeccable dans la première partie, c’est curieusement dans l’immobilité qu’il se révèle le plus intense.

Grâce à sa voix off en partie, qui révèle la terreur de cet homme qui observe ce qui l’entoure et qui réalise que tout le monde le croit mort, et qu’il risque d’être enterré vivant. Mais aussi grâce à ce visage prématurément vieilli (il a 50 ans et en paraît 15 de plus) qui colle parfaitement au caractère tragique et horrible de l’histoire. 

12345...7
 

Kiefer Sutherland Filmographie |
LE PIANO un film de Lévon ... |
Twilight, The vampire diari... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CABINE OF THE DEAD
| film streaming
| inderalfr