Play it again, Sam

tout le cinéma que j’aime

Archive pour la catégorie 'FRASER Harry L.'

Chained for life (id.) – de Harry L. Fraser – 1951

Posté : 11 février, 2012 @ 5:10 dans 1950-1959, FRASER Harry L. | Pas de commentaires »

Chained for life

Avant de parler du film lui-même, je voudrais juste faire une petite critique à un éditeur que par ailleurs j’apprécie beaucoup (Bach Films, pour ne pas le citer) : n’y avait-il pas meilleur choix que ce Chained for life auquel Tod Browning n’a participé ni de près, ni de loin, pour compléter un coffret hommage au cinéaste de Freaks, coffret qui reste hautement recommandable (à se procurer sur le site Internet de l’éditeur) ? Dans un bonus du film, le critique et cinéphile Patrick Brion explique, en substance (ce ne sont pas ses mots exacts) que le film a été choisi justement parce que c’est une merde, et qu’il permet d’illustrer en négatif la sensibilité extrême de Browning, qui faisait de Freaks un chef d’œuvre, à partir d’un sujet comparable. Mouais…

Cela dit, le constat de Brion est correct. Près de vingt ans après Freaks, Chained for life est le seul autre film tourné par les sœurs Hilton, célèbres artistes de music-hall qui avaient la particularité d’être siamoises, collées par la hanche à une époque où les opérations de séparation n’avaient que peu de chance de réussir. Une sorte de variation sur le même thème que Freaks, donc, mais la comparaison entre les deux films est écrasante. Pas besoin, d’ailleurs, de comparer pour comprendre que Chained for life est un film calamiteux.

Réalisé par un spécialiste du cinéma bis, à qui on doit quelques-uns des westerns miteux que le jeune John Wayne a enchaînés dans les années 30, Chained for life est bien plus qu’un ratage (sur le fond et sur la forme) : c’est un film détestable. Sur le fond, il y a dans la manière de filmer les Hilton une complaisance qui met mal à l’aise. Sur la forme, Fraser, qui a pourtant derrière lui des dizaines de longs métrages (au mieux médiocres, c’est vrai) n’arrive jamais à donner le moindre souffle à son film, pauvre succession de plans sans intérêt. Côté direction d’acteurs, rien à sauver non plus : c’est tout simplement calamiteux.

Le seul intérêt pourrait résider dans la place conséquente donnée aux artistes de music hall qui peuplent le film. Mais leurs numéros, filmés in extenso, paraissent bien vieillots. C’est le dernier film d’un Harry L. Fraser qui ne laissera pas un grand vide dans le monde du cinéma…

 

Kiefer Sutherland Filmographie |
LE PIANO un film de Lévon ... |
Twilight, The vampire diari... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CABINE OF THE DEAD
| film streaming
| inderalfr