Play it again, Sam

tout le cinéma que j’aime

Archive pour la catégorie 'BRANAGH Kenneth'

Dead again (id.) – de Kenneth Branagh – 1991

Posté : 3 février, 2019 @ 8:00 dans * Thrillers US (1980-…), 1990-1999, BRANAGH Kenneth, FANTASTIQUE/SF | Pas de commentaires »

Dead Again

Des ciseaux meurtriers, une femme amnésique, des réminiscences d’une autre vie, un privé fasciné par une femme pleine de mystères… Oui, Branagh lorgne très ouvertement du côté d’Hitchcock pour son deuxième film, assez loin (encore que) de l’univers shakespearien dont il ne sort que rarement en cette première partie de carrière.

Il y a donc du Sueurs froides, du Crime était presque parfait, du … Docteur Edwardes dans ce thriller à travers le temps, histoire d’amour, de meurtre et de réincarnation qui a ceci de quasiment unique dans la filmographie de Branagh : il s’agit d’une histoire originale. Le gars a tellement été acclamé dès son premier film (Henry V) que ce simple constat paraît étonnant, il est pourtant vrai : les films qu’il a réalisés d’après une histoire et des personnages originaux se comptent sur les doigts d’une main de lépreux.

Entre ses adaptations shakespeariennes, ses remakes (de Frankenstein au Crime de l’Orient Express) et ses incursions dans le joli monde moderne des univers étendus (de Disney à Marvel), Branagh s’est presque toujours glissé dans des univers qui n’étaient pas les siens. Parfois avec bonheur, parfois moins. Disons le clairement : Dead again est sans doute son meilleur film, de quoi faire regretter que le talentueux British n’ait pas plus souvent fait confiance à son talent original…

Même si, encore une fois, Dead again est, du début à la fin, un hommage au cinéma d’Hitchcock. Branagh signe là un film assez brillant et très retors, à la fois très marqué par son époque (par toujours pour le meilleur, avec un final limite grand-guignol et généreux en ralentis typique de ce début des années 90, qui évoque d’ailleurs plus les copies de Brian De Palma que Hitchcock lui-même), et intemporel. Le film marque notamment pour la manière dont Branagh met en scène les deux époques de son histoire, la fin des années 40 et l’époque contemporaine.

Le rythme, le cadre, le jeu des acteurs (les mêmes, pourtant : Emma Thompson et Kenneth Branagh, très beau couple), tout est légèrement différent (sans même mentionner l’utilisation du noir et blanc et de la couleur), tout en donnant l’impression tenace que les deux époques se répondent constamment. C’est ce qui fait la réussite du film (l’intrigue en elle-même, efficace, n’a rien d’exceptionnel), ainsi que le jeu des acteurs, avec des seconds rôles parfaits, d’Andy Garcia à Robin Williams en passant par Hanna Schygulla et Derek Jacobi.

Frankenstein (Mary Shelley’s Frankenstein) – de Kenneth Branagh – 1994

Posté : 19 avril, 2017 @ 8:00 dans 1990-1999, BRANAGH Kenneth, DE NIRO Robert, FANTASTIQUE/SF | Pas de commentaires »

Frankenstein Branagh

Au début des années 90, Francis Coppola a entrepris un dépoussiérage des grands mythes de la littérature fantastique, d’abord avec son magnifique Dracula, puis en produisant un nouveau Frankenstein confié au Shakespearien Kenneth Branagh. Et dont j’avais gardé un bon souvenir.

Comme quoi… A le revoir, je comprends mieux pourquoi une grande partie de la publicité du film avait été basée sur le fait que, grâce à Branagh, tout le monde saurait désormais que “Frankenstein” n’est pas le monstre, mais le scientifique qui l’a créé. Oui, parce que non seulement la créature (jouée par un De Niro plutôt sobre si on oublie le maquillage) passe au second plan, mais tout le film tourne autour de ce Dr Frankenstein que Branagh interprète lui-même.

Et le film tourne littéralement autour de lui, avec d’interminables et très pompeux mouvements de caméras qui semblent littéralement faire l’amour avec l’acteur-réalisateur, les trois quarts du temps à moitié à poil. Ce Frankenstein a été mal titré : il aurait dû s’appeler Kenneth Branagh’s Frankenstein. Ou même mieux : Great Kenneth Branagh’s Frankenstein. Ou pour faire court : Great Kenneth Branagh.

Le film n’est pas juste mauvais, c’est une véritable aberration, l’œuvre d’un jeune cinéaste qui a enchaîné les succès et les signes de reconnaissance jusque là, et qui se vautre littéralement dans une sorte d’auto-admiration risible et désagréable. Cela dit, il l’est vraiment (mauvais) : Branagh semble incapable de donner un rythme ou une fluidité à son récit, accumule les décors impressionnants sans savoir comment les filmer, et réussit l’exploit de rendre la moindre de ses tirades ridicule. Une catastrophe !

The Ryan Initiative (Jack Ryan : Shadow Recruit) – de Kenneth Branagh – 2013

Posté : 1 juillet, 2014 @ 8:26 dans 2010-2019, BRANAGH Kenneth, COSTNER Kevin | Pas de commentaires »

The Ryan Initiative

Après deux suites très dispensables (ici et ici) et un reboot en demi-teinte, le personnage d’analyste plongé dans l’action imaginé par Tom Clancy a droit à un nouveau départ, un film qui pose clairement les bases d’une nouvelle série, et s’impose, et de loin, comme le meilleur film depuis A la poursuite d’Octobre rouge, l’insurpassable chef d’œuvre de John McTiernan. Avec un beau casting, autour du sympathique Chris Pine dans le rôle titre : Keira Knightley dans le rôle de la fiancée de Ryan (tout sauf un rôle de faire-valoir), Kenneth Branagh le réalisateur qui s’offre un beau rôle de méchant loin des poncifs, et Kevin Costner dans le rôle du mentor, belle revanche pour l’acteur qui fut le premier approché pour le rôle en 1990, mais avait dû décliner l’offre, trop occupé à préparer un certain western…

Le film commence plutôt mollement : la première partie, un peu laborieuse, présente à la fois le personnage de Ryan (plutôt bien cela dit, nous dévoilant pour la première fois l’accident qui lui a causé ces douleurs au dos) et les enjeux du film. Trop longue, maladroite, et convenue (la première scène d’action, dans la chambre d’hôtel, s’inscrit dans la lignée de quelques séquences mémorables de la trilogie Jason Bourne, l’efficacité en moins), la première demi-heure manque de caractère

Mais Kenneth Branagh finit par trouver le ton juste, lorsque son trio se reconstitue enfin : le couple et le mentor, avec le retour dans l’histoire de Keira Knightley et son intégration totale à l’action. C’est là seulement que le film prend toute sa dimension. Dès lors, Branagh trouve son parfait équilibre entre suspense, action, portrait de couple, espionnage.

Surtout, le film de Branagh est un habile mélange de classicisme et de modernité, tait d’union entre le cinéma d’action d’aujourd’hui, dont il évite soigneusement la tendance à la surenchère, et celui du début des années 90. L’efficacité et l’élégance d’Octobre Rouge, avec les enjeux de La Somme de toutes les peurs, tout en évacuant d’une manière très maligne et radicale toutes les dérives pyrotechniques, donnant à voir un cataclysme qui ne sera jamais à l’écran.

Si le film fonctionne si bien, c’est parce qu’il s’articule autour d’un trio parfaitement réussi (les meilleures scènes sont celles qui unissent Keira Knightley, Chris Pine et Kevin Costner). C’est aussi parce qu’il réussit une belle prouesse : s’inscrire ouvertement dans le monde poste-11 septembre, tout en réactivant le climat de la guerre et des grandes œuvres populaires qui lui sont attachés. En restant continuellement, malgré les enjeux planétaires, au plus près de ses personnages. Un tour de force.

• Le DVD est édité chez Paramount , avec en bonus le commentaire audio de Kenneth Branagh et Lorenzo di Bonaventura (le producteur), plusieurs scènes coupées ou allongées, et un documentaire assez convenu.

 

Kiefer Sutherland Filmographie |
LE PIANO un film de Lévon ... |
Twilight, The vampire diari... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CABINE OF THE DEAD
| film streaming
| inderalfr