Play it again, Sam

tout le cinéma que j’aime

Le Sport favori de l’homme (Man’s favorite sport ?) – de Howard Hawks – 1964

Classé dans : 1960-1969,HAWKS Howard — 26 février, 2015 @ 17:53

Le Sport favori de l'homme

Un peu plus de dix ans après Gentlemen prefer blonds, Hawks renoue avec la comédie, genre qui lui a toujours bien réussi. Et c’est bien la veine de ses grands classiques qu’il retrouve avec ce film enlevé et plein de folie.

Le rôle principal, celui d’un « spécialiste de la pêche » qui n’a en fait jamais taquiner le poisson, et qui se retrouve contraint à participer à un grand concours de pêche, semble tailler sur mesure pour Cary Grant, l’acteur fétiche des premiers temps, celui de La Dame du Vendredi ou L’Impossible M. Bébé. 25 ans après ces classiques, c’est Rock Hudson qui s’y colle, dans un registre sensiblement similaire, l’air tantôt blasé, tantôt étonné, toujours un peu excessif.

Et la star, qu’on a plus l’habitude de voir dans des rôles physiques (pour Walsh) ou graves (pour Sirk), se révèle excellent. Il est surtout un contrepoint parfait à la folie empreinte de fragilité de Paula Prentiss, la véritable âme du film. C’est elle qui donne son rythme au film. Les quelques scènes dont elle n’est pas en pâtissent d’ailleurs : on se surprend à guetter sa réapparition derrière chaque élément du décor.

Hawks n’évite pas les effets burlesques, faisant faire de la moto à un ours des montagnes ou mettant Hudson aux prises avec une armée de seaux dont on se demande bien ce qu’ils font là. Certains gags, d’ailleurs, semblent bien d’un autre temps dans cette comédie du milieu des sixties. Mais le film est la plupart du temps absolument irrésistible, parfois délirant et souvent hilarant.

C’est l’œuvre d’un jeune homme qui n’a rien oublié de ce qu’il a lui-même apporté à la comédie américaine : un sens du rythme et des dialogues qui fusent, plus rapide que la naturel l’exige, et prononcés avec un ton pince-sans-rire qui renforce constamment l’effet comique. Hélas, Hawks signe là, à 68 ans, ses adieux au genre : jamais plus il ne tournera de comédie, consacrant ses derniers efforts à des univers nettement plus machos, le sport automobile (Ligne Rouge 7000) et le western (El Dorado et Rio Lobo).

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Kiefer Sutherland Filmographie |
LE PIANO un film de Lévon ... |
Twilight, The vampire diari... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CABINE OF THE DEAD
| film streaming
| inderalfr